Les bienfaits de la zoothérapie chez les patients atteints d’Alzheimer

Les bienfaits de la zoothérapie chez les patients atteints d’Alzheimer

Depuis quelques années, la zoothérapie connaît un certain engouement grâce à son approche ludique adaptée à une clientèle variée. Ayant pour objectif l’amélioration du bien-être des patients, la zoothérapie est tout à fait appropriée pour les aînés atteints d’Alzheimer.

La zoothérapie, c’est quoi?

Il s’agit d’une intervention planifiée par un thérapeute spécialement formé qui établit un plan et des objectifs spécifiques au patient. À l’aide d’un animal familier entraîné pour l’activité, le zoothérapeute propose une série de rencontres à durée déterminée dont l’activité principale tourne autour de l’interaction avec l’animal. On propose de caresser, brosser, promener ou jouer avec l’animal. Plusieurs animaux peuvent être proposés (chat, oiseau, lapin, cheval, rongeurs, dauphins!) mais il est plus courant d’employer des chiens, en particulier auprès des personnes âgées.

L’activité se déroule soit à domicile, en résidence pour aînés, dans un bureau privé ou à l’hôpital.

Le zoothérapeute établit un plan d’intervention en fonction des besoins et des forces du patient tout en misant sur l’interaction et le lien créer avec l’animal.

Comment les patients atteints d’Alzheimer peuvent en bénéficier?

La zoothérapie vise le mieux-être du patient à plusieurs niveaux;

Affectif: Les rencontres avec un animal permettent de développer un lien d’attachement et diminuent ainsi le sentiment d’isolement. En proposant de prendre soin de l’animal (en le brossant, en lui donnant une gâterie, etc.) on permet de changer les rôles; c’est au tour de l’aîné de prendre soin au lieu de recevoir des soins. Cela renforce le sens du devoir et augmente l’estime de soi.

Cognitif: La rencontre avec l’animal peut, dans certains cas, stimuler la mémoire en ramenant des souvenirs d’anciens animaux de compagnie. La mémoire est aussi exercée lorsque l’aîné doit se rappeler du nom de l’animal, ce qu’il aime faire, quels soins il faut lui donner, quelle gâterie il aime, etc.
La communication verbale et non-verbale est mise de l’avant au cours d’une séance. En compagnie d’un animal qui aime inconditionnellement et qui ne juge pas, l’aîné sera plus enclin à exprimer ses émotions. À travers le jeu ou de simples caresses, il est possible d’observer l’affection qu’éprouve l’aîné pour l’animal.

Psychologique: Pendant les séances, l’attention de l’aîné est dirigée vers l’animal. Ce détournement d’attention aide à diminuer l’anxiété et les comportements agités causés par la maladie d’Alzheimer. Le plaisir éprouvé par les jeux avec l’animal produit chez l’aîné des endorphines calmantes et diminue les symptômes dépressifs.

Physique: En donnant de petites attentions à l’animal (brosser le pelage, donner une gâterie), l’aîné utilise sa motricité fine. Il est également possible de travailler la mobilité (selon la capacité du patient) en permettant de petites marches en compagnie de l’animal. Certains patients avec des atteintes plus sévères bénéficieront d’une stimulation visuelle, tactile et auditive en côtoyant l’animal.

En contexte de pandémie de COVID-19, une alternative à la zoothérapie

En période de pandémie, il peut être plus difficile d’avoir recours aux services d’un zoothérapeute pour des raisons de mesures sanitaires. Toutefois, il existe une agréable alternative procurant une réconfortante présence; les animaux robotisés Joy For All.

Déclinés sous forme de chat ou de chiot, ces peluches interactives éveillent les sens en répondant au toucher et à la voix. Ces interactions permettent de créer un lien d’attachement avec un animal sans les tracas de l’entretien d’un animal de compagnie. Il s’agit également d’une alternative pour les aînés vivant dans un milieu où les animaux ne sont pas permis.

 

L’équipe de Joy For All s’est assurée de faire des recherches terrain pour documenter les bienfaits des animaux robotisés. Joy For All a pu constater que le plaisir du jeu et l’interaction entre les patients et les animaux robotisés ont un impact positif considérable sur le bien-être général des aînés atteints d’Alzheimer. Les résultats de ces recherches terrain ont dès lors intéressés des universitaires et des cliniciens qui ont effectué des recherches indépendantes. Ces recherches scientifiques ont pu mesurer et quantifier l’impact des animaux robotisés sur l’isolement, la solitude et en particulier, auprès de clientèle atteinte d’Alzheimer et autres démences.

La présence d’un animal – vivant ou robotisé- contribue à une meilleure qualité de vie en créant des liens affectifs et en ajoutant une étincelle de gaieté.

Les Conseils Eugeria

Eugeria est une référence en ligne pour les proches affectés par l'Alzheimer.

En lire plus sur le sujet

Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l'infolettre et recevez les conseils d'Eugeria par courriel.